Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog a pour vocation de rassembler et analyser les nouveautés en matière de marketing et de communication littéraire à travers le monde. Que ce soit les campagnes marketing et communication des maisons d'éditions, les librairies coup de cœur que je rencontre, les acteurs du secteur ...

Les flashcodes débarquent ...

Publié le 5 Février 2010 par Noëlie in C'est tendance !


Code-2D_bookandbuzz.png

 

Mais qu’est ce que c’est que ce truc bizarre ? Vous en avez déjà vu mais impossible de vous rappeler où … Ce n’est pas un truc avec le téléphone portable ? Un code machin chose ?

 


En fait, il s’agit d’un flashcode ou code barre 2D que vous avez pu voir sur différents supports, que ce soit des affiches publicitaires ou encore des arrêts de bus, puisque la RATP vient d’en mettre sur ces équipements.

Le principe de ces codes est le suivant : il suffit de les photographier avec une portable, en ayant préalablement téléchargé l’application de lecture de code, et cela déclenche automatiquement différentes actions telles que :

 

  • La connexion à un site Internet mobile pour visionner un contenu (exclusif ou non)
  • L’envoi d’un SMS, un MMS ou un courrier électronique 
  • La génération d’un appel téléphonique 
  • L’enregistrement d’une carte de visite dans ses contacts

 

Mais pourquoi vous parler des flashcode aujourd’hui me demanderez-vous ? Pour la simple et bonne raison que le secteur de l’édition est aussi concerné par cette innovation puisque l’on voit apparaître sur le marché des livres équipés de flashcodes donnant accès à différents types de contenus.

 

hyperlivre Jacques Attali Flashcode BookandbuzzUn des premiers exemples de flashcode dans l’édition est sûrement l’Hyperlivre Le sens des choses de Jacques Attali sortit en 2009.  Plus de quatre-vingt flashcodes ponctuent les pages de cet ouvrage et renvoient vers des  liens vidéo  de séquences d’entretiens décrit dans le livre mais non retranscrit. L’interactivité avec le lecteur étant au centre de l’hyperlivre ce dernier peut également participer à des sondages, diffuser les vidéos de spectacles ou concerts auxquels le livre fait référence, réagir et donner son avis à la fin de chaque chapitre.

 

 

On observe également l’émergence de maisons d’éditions qui se positionnent ou se diversifient avec l’implantation de flashcodes dans leurs ouvrages.


Pour l’heure, deux maisons d’éditions se sont lancées dans l’aventure :

 


Editions Alphabet de l'espace Flashcode BookandbuzzLes éditions ALPHABET DE L’ESPACE ont une démarche intéressante puisque leur souhait est de réunir les adeptes du livre papier et ceux des contenus multimédia en intégrant notamment des flashcodes à leur communication et à certains de leurs ouvrages.
On retrouve en effet cette technologie sur leur catalogue, pour la présentation de leur maison d’édition mais également sur leur site web. Leur premier livre édité proposant cette technologie paraîtra mi-mai, il s’agit d’Interview(s) de Pascale Arguedas.
Comme le souligne Nicolas Fougerousse, gérant de la maison d’édition, qui a très gentiment répondu à mes questions « Le code est pour nous un excellent moyen pour passer du livre papier au contenu multimédia ». C’est pour lui une évidence que de se positionner sur le nouveau marché de l’édition numérique dans la mesure où « de profondes mutations dans la chaîne du livre vont être observées dans les mois à venir ».

 

 

editions-dialogues flashcode BookandbuzzAutre initiative intéressante, celle de la librairie Dialogues à Brest qui s’est lancée dans l’édition numérique (editions-dialogues.fr) en proposant, pour le même prix, la version papier et la version numérique -accessible par le biais d’un flashcode- d’un ouvrage.

Sur leur site on peut lire : « Dans le code 2D, on trouve tout le livre, la totalité du livre depuis le premier mot jusqu’au dernier mot. On n’a pas utilisé le code 2D comme certains proposent de le faire pour augmenter la réalité du livre. »

La démarche de cette jeune maison d’édition est donc de proposer pour un seul achat différentes formes d’un livre pour que celui-ci puisse être lu dans toutes les situations. Les éditions Dialogues expliquent que de la même façon que les premiers livres de poche étaient vendus avec la version brochées, ici la version numérique est proposée en complément de l’édition papier.

 

En bref, qu’il offre du contenu supplémentaire (vidéo, interviews, commentaires …) ou qu’il permette d’accéder à la version numérique de l’ouvrage le flashcode fait peu à peu sa place dans l’édition.

 

Pour ma part, je trouve son utilisation très intéressante. De manière générale, je pense que ce type d’initiatives mérite d’être soulignée et encouragée. En effet, j’apprécie que face à l’arrivée du numérique, face aux changements inexorables que cela va entraîner, des entités - librairies, maison d’éditions… -  ne se laissent pas submergées et choisissent d’être des acteurs de cette évolution plutôt que de se cramponner à leurs acquis et finir dépassées.

Ainsi, ces trois exemples montrent que l’on peut se servir d’une technologie innovante pour proposer du service en plus à ses lecteurs ; pour lier utilement le papier et le multimédia. Parce qu’il vaut mieux avancer en tentant de créer une complémentarité entre les éléments plutôt que de se battre pour que rien ne change.

 

Encore merci à Nicolas Fougerousse de s’être rendu disponible pour m’expliquer comment sa maison d’édition entendait utiliser le flashcode.

 

Si vous voulez en savoir plus sur la technologie du flashcode, voici un blog dédié.


 

 

EDIT : Suite à la parution de ce post, j'ai reçu différentes réactions à propos de la différence entre flashcode et Code 2D. Je vous conseille d'aller lire cet article :Qu'est ce qu'un code barre, un code matriciel ? au plus vite pour y voir plus clair sur le sujet et comprendre les enjeux pour le futur que représente cette nouvelle technologie.


EDIT 2 : Sur les conseils avisés des blogueurs de MobileCrossMedia, j'ai pu générer mon propre code QR que vous pouvez voir en haut de page !


Commenter cet article