Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce blog a pour vocation de rassembler et analyser les nouveautés en matière de marketing et de communication littéraire à travers le monde. Que ce soit les campagnes marketing et communication des maisons d'éditions, les librairies coup de cœur que je rencontre, les acteurs du secteur ...

A la découverte du "blurb" ...

Publié le 22 Mars 2011 par Noëlie in C'est tendance !

J'ai découvert avec beaucoup de curiosité cet article de l'Express sur le "Blurb". Ce barbarisme évoque la présence sur un ouvrage inconnu, d'un bandeau mettant en avant une critique, généralement dithyrambique, d'un écrivain connu. 


"Absolument délicieux !" (Anna Gavalda, pour Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates) ; "Le roi du tartan noir" (James Ellroy, à propos de l'Ecossais Ian Rankin) ; "A couper le souffle !" (Michael Connelly, sur un jeune auteur de polars)...

 

Comme l'explique l'article de l'Express : "tout a commencé avec Belinda Blurb, héroïne d'un roman américain, paru en 1907. Sur la couverture, une demoiselle aguicheuse frappée de cette accroche : "Yes, this is a blurb !" Le mot est resté." Mais loin de n'être que du "copinage" entre écrivain, ce moyen de promotion est en fait une machine marketing très bien huilée, notamment aux Etats-Unis. Là-bas, c'est l'agent littéraire qui doit trouver un blurbeur pour l'ouvrage de son poulain : "Il doit se débrouiller pour faire lire très tôt le texte d'un écrivain inconnu à d'autres, déjà renommés, a expliqué Philippe Robinet, directeur d'Oh ! Editions au magazine L'Express. Si le roman en question suscite une réaction enthousiaste, ce sera un argument fort pour le vendre à l'éditeur, lequel s'en servira également pour placer le livre auprès des libraires."


C'est ainsi que plusieurs auteurs américain sont particulièrement sollicités, comme Stephen King pour les jeunes auteurs de fantastique, Jim Harrison pour un romancier nature writing, tandis que pour un "polar" rien ne vaut un Harlan Coben ou un Michael Connelly !
blurb Bookandbuzz
En France toutefois le procédé reste encore relativement peu utilisé, comme l'a expliqué, à L'Express, Francis Geffard, éditeur de littérature américaine chez Albin Michel : "Anna Gavalda est l'exception qui confirme la règle française : un auteur Gallimard serait mal vu des confrères de sa maison s'il était "blurbé" par un écrivain d'Albin Michel ! Les Français sont souvent en concurrence, alors qu'aux Etats-Unis les blurbs sont une tradition, liée à celle du mentor, à une collégialité entretenue par l'université, où enseignent de nombreux écrivains et qui favorise les réseaux, l'entraide."

L'avenir de la promotion littéraire passera t-il un jour par le blurb ? Rien n'est moins sur ... en tout cas vous pourrez maintenant vous faire mousser en déclarant "Oh ce beau blurb !" face à un ouvrage ceint du fameux bandeau rouge.
Commenter cet article